Le Tout

Ra-conte moi ces images qui dansent, ces couleurs savoureuses, ces sensations qui chantent, ces notes qui dessinent
Dis-moi ton monde pour que je me découvre émerveillée à travers toi dans tous ces autres
Non, ne me dit pas pourquoi mais comment afin que je puisse effleurer ce que je suis venu goûter au travers de cet espace différencié
Ensemble, traversons cette silhouette du miracle
Trouvons le mouvement précieux de l’instant qui se suspend
Goûtons cette magie devenue trésor, silence d’absence pleine et unifiée
Un instant, puis le charme se dissimule, se projet tant sur les milliers de facettes tel le regard d’un enfant qui se pose et se dépose
Quelle plus belle joie que de partager ces Je ne sais rien pour apprendre bien orgueilleusement à découvrir sans fin
Ainsi somme-nous fait de tout ce qui n’Est pas
Allez viens, allons lumineusement ignorer toi et moi, tous ensemble cet un-connu !

Alchimie

Transe-porte moi comme un battement d’aile qui va, qui vient
Couchant les certitudes dans leur tendre sommeil agité
Déchaîne, balance, émeut, remue tout sans ménagement
Donne du sens au non-sens dans tous les sens en chaque fragment d’instant
Transe-perce moi, ne t’arrête pas malgré les souffles, les cris et l’obscurité
Délie les réalités pénétrant toutes les lignées de reflets
Ressens-moi à travers toi au cœur de chaque intrication enchevêtrée
Brise les mirages, réduit leurs ombres à leur néant renaissant
D’un seul sillon je mourrai comme d’autres iront en paix
Transe-pose moi dans le duvet de l’infinité des rayons
Plies moi au Rien Amoureux de Tout et au Tout amoureux de Rien, dans chaque brèche d’interstice
Intercepte-moi de chaque mouvement filant déjà vers d’autres recoins des mondes virevoltants
La quête à tes côté à tous les goûts, pour l’éternité j’y reviendrais, à moins que dans ta forme je ne sois absorbée

Toi

Cette paix, tu la connais déjà
Prends-là pour de la folie et elle délivrera son pouvoir au cœur des limbes
Les strates zombiales t’enchaineront si tu cesses de t’abandonner
Si tu oses le vouloir, va la reconnaitre et l’aimer, de toutes tes structures, de tous tes substrats
Suis-là, vibrance subtile, dans le tumulte des détours, sillonnant les contours, au cœur de toutes les profondeurs
Quand tes yeux traverseront les filtres, au rythme de l’érosion qui polit les roches, membrane après membrane
Quintessence murmurante au centre du vacarme
Il arrivera un moment où tu ne pourras plus fuir, plus rien en toi ne le permettra
Un point de non-retour où une étrange certitude consumera tout ton être d’une puissance alchimique
Touché …
Lorsque au travers d’un silence tout sera décharné, dénudé, les pieds nus écorchés et empli d’Amour, tu le reconnaîtra
Alors tu ne seras plus appelé et tu enfanteras que tu es déjà là
Tu étais déjà Toi qui Est et demeurera

Résilience 

Redresses-toi, je te porterais de mon souffle
Si tu ne peux pas encore, accueille et écoute moi à travers toi
Un…deux… cesses de compter, entend mon rythme chuchoter dans ton corps meurtri
Regarde-moi, je te ramènerai à Toi
Danse avec moi si tu te noies ou immobilise-toi et observe la Vie tout en toi
Enfant sauvage, sent la terre sous tes pieds
Chaque larme que tu verses nourrit le monde, tu le sais, tout comme tes joies
Reviens à toi encore, encore et encore
Gardes tes yeux ouverts en dedans, en dehors, surtout lorsqu’il n’y aura plus rien à voir
C’est en cet espace qu’un autre voile se dissipera
Sous-expériences enchevêtrées, au delà de toutes polarités
En cet instant, un autre mouvement apparaît déjà

Potion de mots

Certaines histoires portent en elles un bien mystérieux pouvoir de guérison, une étrange alchimie.

Des symboles qui prennent forme et vie, se rencontrant habilement, à la croisée du corps et de l’esprit, au sein d’un espace subtile.
Comme des nouveaux-nés, fruits de nos blessures, renversant les concepts et ouvrant à d’autres possibles.
Et finalement c’est peut être par la tendresse qu’ils portent en eux qu’ils peuvent insuffler cette énergie réparatrice là où rien d’autre ne le pourrait.

Humain

Pauvre humain, tendre enfant, devant pénétrer la matière, la sentir, la traverser, la laisser le déchirer parfois.

Ballottage permanent dans la plus parfaite solitude d’un corps et d’un esprit qui contiennent tout sans se souvenir de rien.

Entre compression et ébullition, canalisation d’une puissance intouchable en ces terres arides et sèches où seuls quelques ruisseaux maintiennent un filet de vie d’où tout peut rejaillir.

Bats toi, sans savoir pourquoi mais bats toi, de toutes forces, de toutes tes joies, de toutes tes douleurs, cherches la beauté de tout ce qui se vit même sous le masque apparent de la laideur.

C’est peut être la toute l’Expérience, vivre avec passion, patience et détermination sans jamais en connaître la raison.

REGARDS

Fragiles observateurs disséminés ici et là,
Percevant les profondeurs mais pas les contours
Daltoniens du monde
Qui définit les rythmes et les nuances ?
Agiles bouts de fragments, concentrés comme pour percer un autre espace de contrées
Où les sons sont mouvements, les nombres couleurs et le ciel une porte ouvrant sur l’océan

LE CABINET

1 Rue des Zouaves 

67000 STRASBOURG

RESEAUX

ME CONTACTER

© 2019 ROEDERER Fanny - Tous droits réservés

Siret : 850 883 778 00019

  • White Facebook Icon
  • White Google+ Icon
  • White Instagram Icon